COMMEMORATION DU CONGRES DE LA SOUMMAM A AOKAS

 

COMMEMORATION DU CONGRES DE LA SOUMMAM A AOKAS


Les jeunes face à L’Histoire…


d67a41414f0812f0aaaec8f52978ae1f.jpg

 Habitation où fut tenu le Congrès de la Soummam le 20 août 1956

 

« Pour construire le futur, il faut comprendre le présent, et pour comprendre le présent, il faut connaître le passé ». C’est la devise de l’association « Aokas Mémoires » qui a mis les bouchées doubles hier  pour marquer d’une pierre blanche la commémoration du 57ème anniversaire du Congrès de la Soummam qui s’est tenu le 20 août 1956 à Ifri Ouzellaguène, et dont l’objectif, tracé par les chefs historiques de la trempe de Abane Ramdane et de Larbi Ben M’hidi, était l’organisation de la Révolution et la poursuite de la lutte armée. Or, les enfants d’Algérie ignorent totalement ce pan important de notre histoire, et ce, après plus d’un demi-siècle d’indépendance ! A qui incombe la faute ? Sûrement pas aux jeunes qui avalent le breuvage qu’on leur sert et qui se débattent dans moult problèmes liés à leur devenir.           

La commémoration s’est déroulée au sein du lycée Amara Ali au profit de 450 jeunes venus de Ouargala et de Béjaia passer des vacances dans la charmante station balnéaire d’Aokas. A travers la riche exposition-photos et les coupures de presse autour du thème du 20 août 1956, les jeunots ont découvert les visages des martyrs -djounouds et dirigeants - de la Révolution algérienne, et le récit de ce fameux Congrès qui fut une étape déterminante dans la continuation de la lutte pour l’indépendance. Très intéressés, les enfants ont posé d’innombrables questions pour connaître tous les détails de cette réunion mémorable dont, pour certains, ils n’ont jamais entendu parler, et pour d’autres, connu quelques bribes.

La conférence donnée par d’anciens maquisards dans un langage compris de tous et suivi d’un débat fructueux, a complété les connaissances de l’assistance juvénile qui, assurément, a montré un engouement généreux pour l’histoire de la Révolution algérienne.

Dans cet ordre d’idée, l’association « Aokas Mémoires », en partenariat avec la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS) de Béjaia, accueillera 400 jeunes issus de 18 wilayas ayant participé à la 8ème édition du festival national du chant patriotique tenu à Béjaia. Ces jeunes visiteront plusieurs sites touristiques et historiques de cette belle région, notamment l’ancien centre de tortures dit « Tourneux », de triste mémoire, dont certains détenus, encore vivants, témoigneront des atrocités perpétrés par le colonialisme.

Un satisfecit est à décerner à MM Brahami Saïd et Haddad Abdellah, membres de l’association, dont la disponibilité et le dévouement ont toujours présidé à la réussite des manifestations organisées par « Aokas Mémoires ».

Lem

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site