MUSEE D’ABANE RAMDANE

 

MUSEE D’ABANE RAMDANE

 

LES JEUNES D’AOKAS À LA DÉCOUVERTE

DU CERVEAU DE LA RÉVOLUTION ALGÉRIENNE

 

 100-4168.jpg

 

A l’occasion de l’anniversaire de la date historique du 17 octobre 961, l’association « Aokas Mémoires » a organisé une sortie au bénéfice de ses 62 jeunes adhérents (27 garçons et 25 filles) à destination de la haute Kabylie pour visiter le musée d’Abane Ramdane.

 

Les visiteurs ont été accueillis par le sympathique directeur de cet établissement public, M. Amar Abane, qui n’est autre que le neveu du chef historique de la Révolution algérienne.

Le musée en question qui est situé au village natal de Abane Ramdane, au village de Azzouza, près de Larbaa Nath Irathen est abrité par la maison traditionnelle où a grandi Abane Ramdane.

Cette dernière a d'abord été classée patrimoine national avant d'être reconvertie en musée après le déblocage d'une enveloppe financière s'élevant à 18 millions de dinars, dégagée par la direction de la culture, l'assemblée populaire de wilaya et l'assemblée populaire communale de Larbaa Nath Irathen.

La maison en question représente un lieu historique puisqu'en plus d'avoir été celle de la famille d'Abane Ramdane, elle avait été bombardée par les forces coloniales en 1958, soit 34 ans après sa construction.

L’intérieur du musée est composé de six salles où la vie de l’unificateur des forces patriotiques nationales est déroulée sous forme de tableaux et de textes. Dommage que ce monument à la gloire de Abane Ramdane n’est pas aussi riche que les visiteurs l’auraient espéré. Mais peut-être que le musée, inauguré en octobre 2011, recevra dans les prochains mois autrement plus d’objets historiques appartenant à la révolution algérienne dont Abane Ramdane fut incontestablement le principal architecte.


100-4179.jpg

 

100-4184.jpg

100-4181.jpg

 


Les évènements du 17 octobre 1961 ou le massacre du 17 octobre 1961 sont des expressions couramment utilisées pour désigner la répression policière sanglante d'une manifestation pacifique organisée par la Fédération de France du FLN en réaction à un couvre-feu institué par le préfet de police Maurice Papon pour les seuls Nord-Africains. Des dizaines d'Algériens, jusqu'à plusieurs centaines selon les sources, sont morts lors de la confrontation avec les forces de l'ordre, et les milliers de manifestants internés dans des centres de détention pendant quatre jours y ont subi de nombreuses violences.

 

 

g.jpgABANE RAMDANE

 

 

 

Ramdane Abane (en Kabyle : Remḍan Ɛebban), le plus souvent désigné comme Abane Ramdane (le patronyme avant le prénom), est un militant politique et révolutionnaire algérien, ayant joué un rôle clé dans l'organisation de la lutte indépendantiste lors de la guerre d'Algérie.

Il est né le 10 juin 1920 à Azouza dans la commune de Larbaâ Nath Irathen, et mort assassiné le 24 ou le 26 décembre 1957, dans une ferme isolée entre Tétouan et Tanger au Maroc. Il fut étranglé par deux hommes de mains de Abdelhafid Boussouf dit "colonnel si Mabrouk (1926 -1980)", quasiment sous les yeux de Krim Belkacem (1922 -assassiné à Francfort le 18 octobre 1970) et Mahmoud Chérif (1912- 2011) , tous trois membres éminents du Comité de Coordination et d'excution du conseil national national de la révolution algérienne car il imposait si fort aux dirigeants FLN qu'à l'exception d'Aït Ahmed et de quelques autres, et c'est pour ça qu'ils décidèrent de le supprimer.

Le 29 mai 1988, le journal El Moudjahid , journal officiel des combattants algériens, annonçait à l'une "Abane Ramdane est mort au champ d'honneur" l'article indiquait que le numéro un de la révolution avait été tué au combat lors d'un accrochage avec l'armée française (source mémoire d'un ancien colonnel qui était dans l'oranais, Publié sous le titre de "Le FAKIR" par Réné-Victor Pilhes, 1995 Ed Flammarion p29-30.

Il était un homme politique algérien qui joua un rôle fondamental dans l'histoire de la révolution algérienne. Il est considéré aujourd'hui encore comme le dirigeant « le plus politique » du FLN. Il est surnommé par certains : l'architecte de la révolution.

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site