CORPS ROMPUS AU TRAVAIL ?

 

CORPS ROMPUS AU TRAVAIL ?

 


« L’Administration n’a ni cœur ni visage »

 

Ce précepte veut probablement dire ceci : les textes, les circulaires, les instructions... émanant de l’administration, c'est-à-dire de la loi régissant les relations entre les personnes, doivent être appliqués avec la plus grande rigueur.

 

Ils doivent être appliqués à la lettre, pour chaque poste, la rectitude étant un facteur important dans l’organisation de toute la société. Autrement dit, ce n’est pas un PTT (petit travail tranquille).

 

Ainsi, on évitera une possible fissure dans l’édifice social où chaque tremblement de tare peut être fatal en risquant de désorganiser des organisés !

 

Dans une administration qui se respecte et respecte ses personnels et ses administrés, toutes les affaires se règlent dans une mutuelle compréhension, et dans un cadre responsable et compétent. Ainsi, dans une direction sereine qui n’est pas entre prises,  où le courant passe, chaque problème est traité sans calcul.

 

Pourquoi donc certains services administratifs (pour ne pas dire sévices) regorgent-ils d’un nombreux public qui attend en comptant les minutes et les heurts avant d’être miraculeusement reçu par le pontife de service ? Et pour entendre quoi ? Une réponse verbale, laconique, parfois provocante, qui alourdit le problème au lieu de le soulever.

 

Oui, pourquoi au lieu de montrer la voie, préfère-t-on monter la voix ? Peut-être est-ce parce que l’administration à un cœur et un visage : un cœur qui écoute les doléances avec une oreillette, un visage qui n’aime pas faire face ?

 

Peut-être aussi est-ce parce que les représentants de l’administration, à défaut de posséder des connaissances approfondies, reconnues, qui confèrent le droit de juger ou de décider en certains domaines, sont préoccupés par d’autres connaissances ?

 

Peut-être enfin est-ce le double sens, en arabe algérien, du mot application qui est la cause paradoxale de la non application des textes ?

 

En effet, la phrase « Tabagt el kanoun » signifie également : «J’ai PLIÉ  les textes »

 

N’est-ce pas là une connotation inespérée pour ranger les textes... aux fonds du tiroir caisse ?

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×